Synthèse de la migration post-nuptiale du Spot d’Eyne 2018 (par François Gallon)

Pour la deuxième année, le suivi de la migration s’est effectué sans ornithologue salarié, nécessitant la présence de bénévoles pour assurer la pérennité du site.

Le comptage des oiseaux migrateurs a commencé le 17 juillet pour se terminer le 31 octobre. 102 jours de présence avec seulement 5 jours de  » repos  » causés par Les intempéries rendant difficile ou impossible toute observation.

187.620 oiseaux ont été répertoriés dont 25.418 rapaces par les 107 « spotteurs » différents venus m’épauler. Ceux ci, originaires de quasi tous les coins d’Europe de l’Ouest ( Suède — Finlande — Ecosse — Angleterre — Pays Bas — Belgique — Allemagne — Suisse — Espagne .… pour les étrangers ) ont passé de quelques heures à quelques jours sur le site. Nous pouvons ajouter 672 visiteurs de toute origine venus chercher, outre le spectacle, des renseignements sur les oiseaux et leur migration.

Pour accueillir tout ce beau monde, une cabane appartenant à la Communauté de Communes a été placée depuis l’an dernier sur le terrain appartenant à la municipalité d’Eyne, et le groupement pastoral nous a permis d’occuper cet emplacement privilégié. Des travaux de « rajeunissement » de cette cabane ont eu lieu grâce au travail de certains membres de Cerca Nature.

Quant aux résultats de ce comptage, il faut signaler un nombre important de journée avec vent de secteur Sud à Est, écartant vers le piémont pyrénéen le couloir migratoire de certains oiseaux. Lorsque ce vent « marin » n’était pas présent, la Tramontane rabattait les oiseaux sur le littoral. Pratiquement aucunes journées sans vent n’ont été enregistrées, rendant plus aléatoire la recherche des thermiques au niveau du Col de la Perche.

Le Spot d’Eyne est toujours le premier site français pour le Circaète Jean-le-Blanc, avec pratiquement 1500 individus comptés ( record en 2015 avec 1971 circas. ), et le premier site 2018 également pour la Bondréeapivore avec 19.421 sujets enregistrés.

Circaète jean le blanc, Bondrée apivore, Milan royal © François Gallon

Les Faucons crécerellette sont restés en Espagne cette année, ayant trouvé leur nourriture, la sécheresse estivale n’ayant pas impacté la péninsule ibérique. Les Vautours percnoptères nous ont privé de spectacle cet été, le couple de Villefranche de Conflent n’ayant pas niché cette année.

Le Milan royal, tout comme la Buse variable voit sa migration décalée, bénéficiant du beau temps des dernières semaines en Europe du Nord. Le Défilé de l’Ecluse (entre Jura et Suisse) est actuellement en plein boum pour leur passage. Le Balbuzard pêcheur par contre s’est bien montré avec ses 62 individus (record du site) dont un individu se posant devant nous pour attraper et déguster une « grenouille », fabuleuses images.

Les Faucons hobereau: 76 sujets (autre record du site), sont souvent passés au milieu des nombreuses Hirondelles rustiques (77504 autre record du site).

Un Elanion blanc est venu visiter la Cerdagne, observé à 3 reprises en 8 Jours.

Nous avons attendu en vain les Grues cendrées (8) à fin octobre, maïs elles sont encore au Nord. Par contre les Grands cormorans établissent eux aussi le record du site avec 1936 individus avec une bonne partie arrivant de la Vallée de l’Aude, passant par Puyvalador et Matemale. Les Cigognes blanches ont boudé la Vallée de la Têt à cause des vents contraires, et les 15000 comptées en quelques jours à Gruissan ont suivi le littoral, poussées par la Tramontane.

Quant aux passereaux et autres fringilles, mes compétences pour leur détermination est toute relative et heureusement certains « spotteurs » m’ont bien aidé à déterminer la variété avec leurs cris migratoires. Les Martinets à ventre blanc ont une nouvelle fois fait le spectacle sur pratiquement 2 journées seulement (489). Le Guêpier d’Europe est stable par contre aucun Rollier n’a été aperçu. Les Pinsons des arbres sont encore en migration, avec les Alouettes des champs et le Pipit farlouse, ce qui explique la baisse des chiffres. Toutes les autres espèces se maintiennent quantitativement avec quelques hauts et bas, et je promets d’être plus performant à l’avenir.

Remercions maintenant toutes les personnes qui ont permis le suivi 2018, que ce soient les spotteurs et visiteurs, mais aussi et surtout la Municipalité d’Eyne, la Maison de la Vallée et la Réserve, le Groupement pastoral et l’aide précieuse de Cerca Nature. Pour la prochaine saison migratoire d’automne, nombre d’observateurs ont adhéré cette année à Cerca Nature qui « coiffera » au mieux le suivi 2019.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :